Actualités

CARENE : prévenir pour améliorer l’état de santé des habitants

 
 
CARENE : prévenir pour améliorer l’état de santé des habitants

Dans le cadre de la préparation du projet régional de santé 2018-2022, un diagnostic de l’état de santé des habitants des Pays de la Loire a été réalisé par l’Agence régionale de santé (ARS) et l’ORS (Observatoire régional de la santé).
Ces travaux ont montré que la zone « Ouest Loire-Atlantique » (22 communes dont celles de Saint-Nazaire) affiche plusieurs indicateurs de santé défavorables.
Afin d’approfondir ce diagnostic, deux études épidémiologiques concernant l’état de santé des habitants de la Carene ont été commanditées par l’ARS en 2018. Celles-ci ont mis en évidence que la situation locale est globalement moins favorable que la moyenne nationale.

Michel Bergue, sous-préfet de Saint-Nazaire, a organisé, avec la participation des services de l’État (ARS, DREALdirection régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement, DIRECCTEdirection régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi), une réunion, le 10 septembre 2019, afin de partager les conclusions de ces études avec les acteurs concernés (élus, associations, industriels et entreprises) et explorer les pistes de solution.

La réunion organisée ce 10 septembre 2019 a permis de partager les conclusions des études avec les acteurs du territoire et d’explorer les pistes de solution. « Notre objectif est que la participation soit la plus large possible et que tous les acteurs concernés soient présents. Il ne pouvait en être autrement au vu de l’importance de ce sujet. Nous avons conviés les élus, chargés de la mise en œuvre des politiques publiques en matière de santé, les associations de prévention dans le domaine de la santé, qui œuvrent au quotidien auprès de la population, les associations de défense de l’environnement et les industriels et entreprises du secteur, qui doivent préserver la santé des salariés et assurer le respect et la préservation de l’environnement. L’ensemble des services de l’État concernés ont pu apporter leur concours : l’ARS, chargée de du pilotage des politiques de santé ; avec l’appui d’opérateurs tels que l’Observatoire régional de la santé et
le Registre des tumeurs de Loire-Atlantique/Vendée, la DREALdirection régionale de l'environnement de l'aménagement et du logement, chargée de la surveillance et du contrôle des activités industrielles et du respect de l’environnement et la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi au titre de sa mission de protection des travailleurs », explique Michel Bergue, sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Nazaire.

Un état de santé qui s’améliore mais qui reste globalement plus défavorable que la moyenne nationale

Selon l’étude menée par l’ORS, la santé des habitants de l’agglomération de la CARENE s’est globalement améliorée au cours de la dernière décennie avec, comme au niveau national, une progression de l’espérance de vie.
Néanmoins, la situation locale reste moins favorable que la moyenne nationale, avec en particulier une surmortalité atteignant 28 % pour la population âgée de moins de 65 ans. L’analyse de la morbidité et de la mortalité liées aux principales pathologies montre des taux supérieurs à la moyenne française pour les cancers, les maladies respiratoires, les accidents de la vie courante, les troubles mentaux et du comportement, les pathologies liées à
l’alcool, le suicide, et à un moindre degré pour les maladies cardiovasculaires.

L’analyse menée par le Registre des tumeurs de Loire-Atlantique/Vendée révèle, dans la population masculine, une fréquence plus élevée de cancers par rapport à la Loire-Atlantique. Trois communes (Saint-Nazaire,
Trignac et Montoir-de-Bretagne) sont particulièrement touchées par les cancers du poumon, des voies aéro-digestives supérieures et de la prostate. Une fréquence plus élevée du cancer chez la femme est observée à Pornichet. Une surmortalité par cancer du côlon-rectum est également observée parmi les habitants de la CARENE. Les causes de cet état de santé globalement défavorable sont complexes à identifer : de multiples facteurs,
qui se cumulent et interagissent tout au long de la vie, peuvent être en cause, notamment génétiques, liés aux comportements et habitudes de vie, aux expositions professionnelles et environnementales.

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), les causes des cancers sont majoritairement non évitables (âge, génétique,…). Toutefois, une part notable des cancers (41 %) est attribuable à des facteurs
dits « évitables » tels que le tabagisme (19.8%), l’alcool (8%), l’alimentation (5.4 %), le surpoids (5.4%) et, plus marginalement, des facteurs environnementaux (expositions professionnelles, air extérieur…).

L’ARS et plusieurs communes de la CARENE travaillent d’ores et déjà à un nouveau contrat local de santé qui, en 2020, pourrait s’élargir à l’ensemble du bassin nazairien. Ouverte et participative, cette démarche est destinée à appuyer les initiatives prises par les acteurs locaux (communes, associations, professionnels de santé, industriels…) en faveur de la santé des habitants de la CARENE.

Pour plus d'informations :

> Communiqué de presse situation sanitaire CARENE - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,46 Mb