La prévention des mutilations sexuelles féminines

 
 

La loi française interdit ces pratiques et protège tous les enfants qui vivent en France, quelle que soit leur nationalité. Elle s'applique que les mutilations  soient commises en France ou à l'étranger.

L'auteur d'une mutilation commise à l’étranger, qu'il soit français ou étranger, pourra être poursuivi en France, si la victime est de nationalité française, ou si elle est étrangère et réside de façon habituelle en France.

En Loire-Atlantique, les femmes victimes de mutilations sexuelles féminines peuvent contacter l'ASAMLA  ou l'UGOMPS  car une chirurgie réparatrice est possible.