Presse

Déménagement des occupants de l’ancien EHPAD de la rue de Bréa

 
 

Ce matin, à 8h00, les occupants de l’ancien EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes de la rue de Bréa à Nantes ont été orientés vers un nouveau site d’hébergement situé dans le quartier du Breil-Malville. Ce déménagement était prévu depuis l’origine afin de ne pas retarder outre mesure les travaux de construction d’un foyer de jeunes travailleurs.

L’opération, qui a débuté vers 8 heures du matin et se déroule dans le calme, a pour objectif, conformément à l’engagement qui avait été pris par Nicole Klein, préfète de la région Pays de la Loire, préfète de la Loire-Atlantique, de libérer les locaux de l’ancien EHPADEtablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes de Bréa pour que la mairie de Nantes puisse y débuter les travaux de construction d’un foyer de jeunes travailleurs.

« En mars dernier, j’avais proposé à la Maire de Nantes, la transformation de ce site en centre d’accueil pour migrants avec, à terme, une capacité de 120 personnes. Fin mai, une convention a été conclue entre l’État et France Horizon afin d’interdire toute nouvelle installation, de recenser chacune des personnes hébergées et d’orienter progressivement l’ensemble des occupants vers les dispositifs adaptés à leur situation individuelle. Je m’étais engagée auprès de la Maire de Nantes à libérer ce site à l’automne, c’est ce que nous faisons aujourd’hui », explique Nicole Klein.

Depuis le mois de mai, grâce à l’important travail réalisé par l’État et par France Horizon, 334 personnes ont ainsi pu être prises en charge dans des structures d’accueil de droit commun. Sur les 140 personnes restant à ce jour à Bréa, 127 d’entre elles, demandeurs d’asile, ont été orientées vers le site du Breil-Malville à Nantes. Ce nouveau site est également géré par France Horizon et financé intégralement par l’État. Les autres personnes refusant, depuis avril, toute démarche administrative feront l’objet d’un examen de situation au regard du droit au séjour par les services de la préfecture et ceux de la police aux frontières.

> Communiqué de presse du 4 octobre 2018 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,94 Mb