Presse

Week-end meurtrier sur les routes de Loire-Atlantique

 
 
Week-end meurtrier sur les routes de Loire-Atlantique

Trois personnes sont décédées sur les routes de la Loire-Atlantique le week-end dernier. Elles avaient 24, 46 et 64 ans. Depuis le début de l’année, 48 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la circulation. En ce week-end de vacances scolaires, la préfecture rappelle quelques règles et conseils pour éviter de nouveaux drames.

Pour assurer notre sécurité et celles des autres il est nécessaire de respecter les règles du code de la route et les limitations de vitesse, leur non-respect constitue la première cause de mortalité sur nos routes.

La vitesse provoque et aggrave les accidents. Depuis le 1er juillet 2018 la vitesse maximale autorisée sur les routes à double sens sans séparateur central est limitée à 80 km/h. Rouler à 80km/h diminue les distances de freinage de 13m, élargit le champ de vision et laisse plus de temps pour manœuvrer. Plus la vitesse est élevée, plus le choc est violent en cas d’accident et plus les conséquences sont graves. Tout choc frontal au-dessus de 80 km/h entraîne quasi inévitablement la mort ou des séquelles irréversibles pour tout passager, même ceinturé.

Il est primordial de respecter les distances de sécurité. Laissez au moins 2 secondes entre vous et le véhicule qui vous précède. Sur autoroute, maintenez une distance au moins égale à deux lignes blanches de la bande d’arrêt d’urgence.

Sous l’emprise d’alcool ou stupéfiants , on ne prend pas le volant

Ils ont un effet désinhibiteur et euphorisant qui modifie la perception des risques (vitesse, distance, conditions pour dépasser, …). Ils provoquent une mauvaise coordination des gestes, allongent le temps de réaction, troublent la vision et favorisent l’agressivité et la somnolence. Le conducteur n’a pas conscience de la diminution de ses capacités au volant. Il n’est pas capable d’évaluer les distances et d’être vigilant et concentré. Par conséquent, la conduite devient plus dangereuse et peut amener le conducteur à commettre des infractions (excès de vitesse, stop ou feu rouge grillé, défaut de ceinture…) ou pire, causer un accident. Il ne faut donc pas prendre le volant lorsqu’on n’est pas en état de conduire et avoir recours au covoiturage ou aux transports en commun.

Ne vous laissez pas distraire par votre téléphone portable

Envoyer ou recevoir un sms nécessite de quitter la route des yeux pendant 5 secondes, et multiplie par 23 le risque d’accident. Il a par ailleurs été prouvé que le conducteur enregistre entre 30 et 50% d’informations en moins sur la route lorsqu’il est au téléphone provoquant alors un impact négatif sur la bonne exécution des
tâches nécessaires à la conduite. Il est possible de télécharger l’application « mode de conduite » sur Play Store, votre portable se met en veille et un message de prévention s’envoie à ceux qui vous appellent. Pour rappel, depuis le 1er juillet 2015, le port de tout dispositif susceptible d’émettre du son à l’oreille est interdit en conduisant, quel que soit le type de votre véhicule (y compris les vélos).

Des pauses toutes les 2h permettent d’éviter la fatigue et de rester vigilant sur les routes

La fatigue et la somnolence au volant augmentent le risque d’accident. Le danger est réel : 1 accident mortel sur 3 sur autoroute est associé à la somnolence. Pourtant, les usagers de la route ont souvent du mal à évaluer ce risque et ses conséquences. Ne confondez pas fatigue et somnolence La fatigue, c’est la difficulté à rester concentré. Ses signes annonciateurs sont le picotement des yeux, le raidissement de la nuque, les douleurs de dos et le regard qui se fixe. Une solution : toutes les deux heures la pause s’impose ! La somnolence, c’est la difficulté à rester éveillé, avec le risque d’endormissement, quelle que soit la longueur du trajet. Elle se manifeste par des bâillements et des paupières lourdes. En outre, la somnolence entraîne des périodes de « micro-sommeils » (de 1 à 4 secondes) pouvant être extrêmement dangereuses pour la sécurité de tous. La pause alors ne suffit plus, la solution la plus efficace pour restaurer sa vigilance : s’arrêter dans un endroit sécurisé pour se reposer au moins un quart d’heure.

> Communiqué de presse du 26 octobre 2018 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,44 Mb

Faucheuse