Jeunesse et engagement civique – déjà 6 ans !

 
 

A l'occasion du rassemblement sur le Service Civique organisé à Nantes le 13 décembre 2016, des volontaires et des tuteurs se sont exprimés sur ce dispositif phare d'engagement des jeunes. Leur témoignage a été recueilli dans la vidéo ci-dessous.

Le 13 décembre 2016, au foyer Adélis de Nantes, s’est déroulée la 3ème rencontre départementale du Service Civique. Celle-ci a réuni une centaine de personnes ayant un lien avec ce dispositif, que ce soit des tuteurs, des volontaires, des anciens engagés ou des nouveaux membres.

Cet évènement a pleinement contribué à la participation des jeunes à la vie citoyenne, au développement de leur réseau et à renforcer leur expérience d’engagement. Ce regroupement, initié par le préfet et la DRDJSCS, devait également permettre de consacrer un temps à la reconnaissance de l’engagement civique ainsi qu’à la réflexion sur ce programme. Les échanges ont permis d’aborder plusieurs thèmes tels que les missions auprès des publics, les atouts et possibilités d’améliorations du dispositif, ainsi que la notion d’engagement.

« J’ai souhaité vous réunir cet après-midi pour exprimer la reconnaissance qui vous est due, vous qui êtes engagés dans des missions d’intérêt général auprès de toutes formes de publics.»

Discours d’ouverture du secrétaire général de la préfecture – Emmanuel Aubry.

Mais en quoi consiste cet engagement ? Une mission en service civique est une action d’intérêt général ouverte à tous jeunes entre 16 et 25 ans, sur une durée de 6 à 12 mois.

Il devient, pour la jeunesse, une étape essentielle vers l’autonomie et la citoyenneté tout en développant la cohésion nationale et la mixité sociale. Les jeunes volontaires, qui ne doivent pas être confondus avec des salariés ou des bénévoles, donnent de leur temps pour appuyer les structures agréées. Ces structures, sont des organismes à but non lucratif ou bien des personnes morales de droit public. En Loire-Atlantique, de nombreuses actions sont déployées tout au long de l’année afin de permettre aux organismes le désirant, de disposer d’un agrément pour accueillir un ou plusieurs jeunes en service civique.

On compte, au 31 décembre 2016 dans le département, 1482 volontaires ayant intégré le dispositif, contre 710 pour 2015. Durant ces missions, beaucoup d’opportunités sont offertes aux volontaires, telle que la participation à une formation civique et citoyenne de trois jours dispensée par la Ligue de l’Enseignement (FAL), ou Uniscité, ainsi que le diplôme de Prévention Secours Civique de niveau 1 (PSC1) organisé sur une journée par l’Union départementale des sapeurs-pompiers de Loire-Atlantique. Il est à noter que le temps de volontariat est pris en compte pour l’avenir avec, entre autres, une cotisation pour la retraite. Le service civique permet également la constitution d’un réseau au cours de leur mission, qui sera certainement utile aux volontaires pour le futur. Et n’oublions le vote de la loi Egalité et Citoyenne 2017 qui annonce que notre carte de service civique nous apporte dorénavant les même droits que les étudiants en matière de restauration, culture…

Il faut également mettre en évidence le rôle du tuteur dans le suivi quotidien du jeune volontaire. Son soutien est indispensable, tant dans la réalisation des missions quotidiennes que dans la préparation du projet d’avenir du jeune. De son côté, pour mieux appréhender son rôle et ses missions de conseiller et d’accompagnateur, il bénéficie également de sa propre formation d’une journée.

« Ce moment vous est dédié, il est précieux et je vous souhaite de l’investir pleinement. »

  Discours d’ouverture du secrétaire général de la préfecture – Emmanuel Aubry.

L’engagement des jeunes sert de grandes causes nationales telles que l’environnement, la santé, l’éducation et bien sûr la citoyenneté ! Tous, tuteurs et volontaires, viennent d’horizons différents et interviennent sur des champs variés avec le même objectif : construire un avenir meilleur !

« Nous avons confiance en vous et dans votre capacité à servir l’intérêt général au travers d’un engagement volontaire reconnu, encouragé et valorisé. »

Discours d’ouverture du secrétaire général de la préfecture – Emmanuel Aubry.

Durant cette journée, la parole a été donnée à tous les acteurs du service civique mais surtout aux volontaires, à travers des ateliers et un « vidéo maton ». Les questions demeurent les mêmes : « Pourquoi vous êtes-vous engagés en Service Civique ? Qu’est ce que votre expérience de volontariat vous a apporté ? ».

Les réponses sont souvent semblables. Pour beaucoup, l’engagement apporte une vision nouvelle sur le monde à travers une première expérience en milieu non scolaire. Le fait d’être accompagné par un tuteur les aide dans leur parcours professionnel et personnel. Les formations suivies, obligatoires ou de leur plein gré, renforcent leurs connaissances et leurs compétences. L’engagement est un tremplin vers l’emploi, quelque soit le niveau d’études des jeunes. Et unanimement, l’engagement leur apporte, ainsi qu’à la structure, un bien-être qu’ils espèrent voir perdurer.

« C’est aussi un bon moyen de découvrir un domaine dans lequel on a pas forcément fait ses études et dans lequel on a pas forcément de compétences. C’est un bon moyen d’aider les autres mais aussi d’évoluer soi-même. »

Parole de volontaire au « vidéo maton » – Julie.

Bien évidement, le dispositif du service civique est perfectible. De nombreux points pourraient être améliorés et la DRDJSCS des Pays de la Loire se fait le relais, auprès de l’Agence du Service Civique, des propositions d’amélioration souhaitables et nécessaires formulées à l’occasion de cette journée :

-  Cet engagement est ouvert à tous, mais une plus grande accessibilité aux jeunes des quartiers défavorisés et en situation de handicap doit être mise en place ;

-  « L’indemnité » versée aux volontaires s’élève à 577 € - ce montant pourrait être augmenté selon le nombre d’heures hebdomadaires fixées dans le contrat d’engagement en service civique (entre 24h et 35h) ;

-  Le statut de jeune volontaire doit pouvoir être valorisé plus fortement en lui donnant une véritable reconnaissance.

-  Bénéficier des mêmes droits que les étudiants serait également souhaitable pour ce qui concerne le logement.

 « Ça me donne vraiment des partenariats, une liste de contacts aussi. C’est vraiment un plus pour mon C.V après, de dire que je suis volontaire, que j’ai été en service civique. »

Parole de volontaire au « vidéo maton » – Florian.

  Comment aborder le sujet du service civique sans le fameux « Et après ? ». La question se pose en effet très souvent… Certains volontaires entrent dans le monde de l’engagement pour vérifier que leur projet d’avenir est bien le bon, d’autres tout simplement parce qu’ils n’en ont pas. Heureusement, des aides leur sont proposées ! Particulièrement celle de leur tuteur, qui ne compte pas les laisser quitter leur structure d’accueil sans qu’un plan concret pour leur futur professionnel soit finalisé. Il faut noter que certains volontaires passent le BAFA afin d’avoir au minima ce bagage en main, qui peut se révéler être un très bon atout.

Le service civique est un temps de transition vers « autre chose ». Les jeunes peuvent également candidater à l’Institut de l’Engagement. Celui-ci propose aux volontaires un accompagnement vers la reprise d’études, la recherche d’emploi et même la création d’activité ! Il paraît évident que l’ensemble des candidats ne pourra être sélectionné. Les dossiers de candidatures sont très détaillés et les postulants doivent savoir, à travers ceux-ci, se faire remarquer grâce à leur engagement et volontariat… S’ils sont sélectionnés parmi tous les postulants, ils deviendront « Lauréats » et bénéficieront d’un tutorat de l’Institut composé de deux personnes ressources et tout sera gratuit (accompagnement, déplacements, séminaires…) !

Alors pourquoi ne pas tenter sa chance !

« Très grosse surprise pour le jury […], je suis arrivée à l’oral avec mes deux furets […], je ne l’ai pas fait par hasard, je l’ai expliqué. »

Témoignage de Lauréat – Carine – Promotion Printemps 2016.

  Être un volontaire service civique c’est s’engager pour un avenir meilleur, pour nos structures ainsi que pour nous-mêmes. S’engager c’est vouloir un changement et être prêts à l’amorcer. Se lancer, c’est avancer…

Gemma LECLAIR

Volontaire en service civique à la DRDJSCS des Pays de la Loire et de la Loire-Atlantique