Les gares comme leviers des projets de territoire : la ligne Nantes - Clisson (2007)

 
 
couverture étude Nantes Clisson 2007

couverture étude Nantes Clisson 2007

Objet de l'étude

L'étude repose sur deux principes :

  1. les transports collectifs interurbains peuvent être utilisés comme des leviers d'organisation des territoires
  2. les élus du territoire doivent prendre conscience de l'intérêt que peuvent représenter les gares pour le développement de leur territoire mais aussi de leurs responsabilités en matière d'aménagement pour valoriser ce potentiel

L'étude propose, à titre d'illustration concrète, des orientations locales en matière d'aménagement (développement urbain, formes urbaines, amélioration de l'accessibilité de/vers la gare).

Résultats

Trois leviers sont à activer pour mieux articuler développement urbain et recours plus fréquent au train comme mode de déplacement : le levier de l'offre de transport, celui du développement urbain et celui de l'accessibilité et de l'accueil en gare.

  • l'évolution des termes de la concurrence entre le rail et la route est plutôt favorable au rail
  • l'examen des capacités d'urbanisation futures des communes fait apparaître un fort potentiel de logements constructibles et de surfaces dédiées aux activités ou équipements à proximité des gares : 670 logements potentiels et 170 hectares de surface d'activités à moins de 5 minutes en voiture.
    Tout effort de la collectivité en faveur d'une densité plus forte permettrait un renforcement du rôle de centralité que joue la gare et aurait donc des répercussions sur les commerces, équipements et services qui peuvent être associés à une telle centralité. Pour ce qui concerne les activités, il convient de favoriser, à proximité des gares, celles dont la densité en emploi est la plus forte.
  • l'amélioration de l'accessibilité nécessite en général de créer des parkings de part et d'autre de la voie ferrée pour limiter les traversées aux passages à niveau, de réaliser des aménagements de sécurité sur les itinéraires d'accès en voiture, d'améliorer et de valoriser les itinéraires d'accès en modes doux par des traitements plus urbains. Pour les nouveaux quartiers, elle passe aussi par l'intégration, dès l'origine du projet, d'aménagements favorisant les modes doux qui irriguent le quartier et soient dirigés vers la gare.
couverture étude Nantes Clisson 2007

Les enjeux d'urbanisation ont été précisément identifiés pour chaque gare de la ligne et des propositions d'amélioration de l'accessibilité tous modes ont également été formulées.

À télécharger

> le diaporama de synthèse de février 2007 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 6,00 Mb

Il présente :

  • les termes de la concurrence rail-route
  • l'analyse et les propositions concernant les quartiers des gares de La Haye-Fouassière, du Pallet et de Clisson/Gorges

> le rapport final de mai 2007 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 7,43 Mb

En première partie, une analyse du territoire a été réalisée : dynamiques démographiques, dynamiques des emplois et des actifs, déplacements domicile-travail pour les actifs entrants et sortants et domicile-études, surfaces urbanisables dans les PLU, offres de transports avec un zoom sur l'offre ferroviaire (nombre de services par gare et fréquentation).

En seconde partie, chaque gare a fait l'objet d'une analyse détaillée : déplacements domicile-travail et domicile-études captables par le train, termes de la concurrence rail-route en direction de Nantes (en coûts et en temps), urbanisation future prévue et évaluation du nombre de logements et des surfaces d'activités qui seraient situées à proximité d'une gare, accessibilité à la gare et propositions d'amélioration tous modes (voiture, transports en commun départementaux, modes doux).

Origine et contexte

Dans le cadre du SCoT du vignoble nantais en cours d'élaboration, la DDE a proposé une contribution de l'Etat portant sur la prise en compte de la ligne ferroviaire dans le projet de territoire.

Les effets conjugués des difficultés d'accès à Nantes aux heures de pointe, des problèmes de stationnement en ville et d'augmentation du coût de revient des déplacements en voiture individuelle incitent les usagers à changer de comportement pour leurs déplacements. L'augmentation importante de la fréquentation des TER, la nouvelle offre de transports départementaux à tarif unique, le développement spontané du co-voiturage ou l'utilisation importante des parcs relais en périphérie nantaise sont des indices supplémentaires de la nécessité de développer les modes alternatifs à la voiture.

Le trafic sur les lignes de TER des Pays-de-la-Loire a crû d'environ 10% en 2005 et 2006. Sur la ligne Nantes-Clisson, la saturation des trains aux heures de pointe est proche mais les perspectives d'électrification de la ligne (travaux en cours), de constitution d'une pôle d'échanges multimodal (PEM) sur Clisson et de mise en place d'un service cadencé entre Clisson et Nantes (réflexion actuelle du conseil régional) tendent toutes les trois à fortement renforcer l'attractivité de la ligne ferroviaire.